En plus du coronavirus, l’une des choses auxquelles nous avons dû faire face l’année dernière sont les fausses idées qui circulent à propos de la pandémie.

Ce besoin d’être constamment informé sur l’évolution de la maladie nous a souvent mené à considérer comme acquises des informations imprécises ou carrément fausses. Voilà pourquoi il est important de toujours se tourner vers des sources officielles et accréditées si nous avons des doutes au sujet du Covid-19. Parfois, la désinformation est telle que même l'État en est victime. Nous l’avons constaté dernièrement avec la nouvelle loi sur les masques de tissu. Avez-vous entendu parler de la polémique ? 

La plus haute autorité sanitaire à échelle mondiale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), s’est vue obligée de démentir que les masques en tissu ne seraient pas efficaces. Bien au contraire, ils le seraient tout aussi bien pour se protéger des nouveaux variants du virus tels que celui apparu au Royaume Uni.

Est-il interdit d’utiliser des masques en tissu ? Oui et non. Depuis début février, certains types de masques sont bannis en France. Vous trouverez tous les détails dans cet article, lisez la suite.

Pourquoi les masques en tissu sont-ils fiables ?

Si vous faites appel à un conseiller financier lorsque vous avez des questions à propos de vos finances, il n’en est pas moins logique de vous tourner vers une source accréditée dans le domaine sanitaire si vous cherchez à dissiper vos doutes sur un sujet de santé. L’OMS vient d’affirmer que les masques en tissu ont toujours été efficaces et qu’ils continuent de l’être, y compris contre les nouveaux variants du coronavirus. Les experts expliquent que la méthode de transmission reste la même et que les masques de tissu constituent une barrière effective.

Malgré les preuves scientifiques que définie l’OMS, certains pays comme l’Allemagne. l’Autriche pensent à l’interdire. Quant à la France, l’interdiction de certains types est déjà officielle. En réalité, il n’y a pas de base scientifique à cela. 

L’OMS a fait intervenir l’un de ses plus grands représentants, Marìa Van Kerkhove, afin de transmettre un message de tranquillité à la population. Celle-ci a affirmé que toutes les personnes de moins de soixante ans jouissant d’une bonne santé pouvaient utiliser des masques en tissu non chirurgicaux quel que soit l’environnement : au travail, dans les espaces publiques ou dans la rue.

Les masques en France

Comme nous l’avons mentionné, certains masques en tissu sont désormais interdits en France, tandis que d’autres sont toujours en vigueur. En effet, malgré les déclarations de l’OMS, chaque pays suit ses propres réglementations et peut librement les appliquer. Par exemple, la France fait partie des pays les plus stricts quant au port du masque, qu’il soit en tissu, chirurgical, ou FFP2. En parallèle, certains pays ne le considèrent pas obligatoire au cours des activités quotidiennes. Quant à l’Allemagne, elle exige désormais le port de masques FFP2 dans les transports publics, tandis qu’elle était depuis peu plutôt laxiste quant au port des masques, sauf pour ce qui est des hôpitaux. 

En France, la réglementation est claire depuis l’été : il n’est permis d’enlever le masque en dehors des centres urbains que lorsqu’il est possible de garder la distance sociale recommandée d’un mètre minimum. Quant aux lieux publics clos tels que les hôtels, ñes restaurants ou les cafés, il n'est permis de retirer son masque qu’au moment de manger ou de boire.

Quel masque dois-je utiliser ?

Depuis début Février, les masques en tissu de catégorie 1 ainsi que les masques chirurgicaux sont les seuls masques en tissu recommandés et acceptés en France. Les masques en tissu de catégorie 2 ou les masques artisanaux sont désormais bannis.

Comme pour toute chose dans la vie, le mieux reste de suivre son bon sens. Ainsi, pour sortir se promener, circuler dans les rues et dans des lieux bien aérés, il est possible d’utiliser tranquillement son masque en tissu de catégorie 1 ou masque chirurgical. En revanche, s’il est question de voyager en autobus avec plusieurs personnes durant des heures sans pouvoir garder la distance de sécurité, utiliser un masque de type FFP2 serait préférable. Dans tous les cas, il n’est pas interdit de porter des masques en tissu de catégorie 1 dans les transports publics. Si l’on suit l’exemple des médecins, ils utilisent des masques chirurgicaux dans les hôpitaux de manière générale et ne portent ceux à plus forte protection que lorsqu'ils se trouvent dans les unités du Covid ou celles de soins intensifs. 

Maintien et soins

Quel que soit leur type, ce qu’il faut clairement comprendre au sujet des masques, c’est qu’il faut respecter leurs instructions d’utilisation et de maintien. Ne pas laver fréquemment son masque en tissu équivaut à ne pas se protéger et à mettre les autres en danger. Il en est de même pour une utilisation prolongée d’un masque chirurgical ou de type FFP2. Malgré le haut niveau de protection dont il dispose, après l’avoir lavé toute une semaine, ses propriétés seraient perdues et nous serions exposés au virus.

Si vous utilisez au jour le jour un masque en tissu de catégorie 1 ou chirurgical, vous pouvez continuer de le faire. Si par hasard quelqu’un vous approche pour vous transmettre la rumeur que cela est interdit, vous pourrez désormais vous défendre en toute l’information pour corriger sa désinformation.